NOTION CLÉ DE LA LINGUISTIQUE

Qu’est-ce qu’un atelier sociolinguistique ou de savoirs sociolinguistiques (ASL) ?
Date de publication : 20 avril 2017


ASL est l’acronyme utilisé pour les “ateliers sociolinguistiques” ou “ateliers de savoirs sociolinguistiques”. Ce sont des formations de proximité qui visent à rendre les apprenants autonomes dans les “espaces sociaux”. Ce terme désigne les différents lieux ou institutions de la vie courante, par exemple la Poste, les transports en commun, l’école, la banque, le marché, l’hôpital etc.

Dans ces ateliers, on apprend la langue française et les codes et savoirs socioculturels en vue de les mobiliser dans ces différents espaces et évoluer ainsi en toute autonomie. Dès lors, ces ateliers se distinguent des cours de français, appelés parfois cours de FLE (pour Français Langue Etrangère), où l’accent est mis sur l’atteinte d’un niveau de langue.

Dans le secteur de l’apprentissage du français de proximité, on regroupe souvent derrière le terme d’ASL des méthodologies ou dispositifs différents, parmi lesquels deux se distinguent :

  • la méthodologie des ASL développée par le RADyA

  • les ASL financés par le programme BOP 104, via la préfecture ou la municipalité.

Les ASL développés par le RADyA

Un peu d’histoire...


Le CLAP, créé en 1967 pour « développer l'alphabétisation, favoriser la promotion sociale et professionnelle des travailleurs étrangers et des personnes culturellement à l'écart de la société ou non ajustées à celle-ci » par un ensemble d’associations (centres sociaux, ASTI, Cimade, Secours catholique etc.) puis le CLP, ont développé une réflexion autour de « l’alphabétisation de quartier ». En découle une démarche pédagogique qui considère l’apprenant comme un acteur social : l’apprentissage de la langue est imbriqué dans l’exercice de  la citoyenneté, dans la vie sociale des participants et ancré dans le lieu où ils  vivent. Les ASL sont nés.

En 2004, le Guide descriptif des Actions socialisantes à composante langagière est réalisé sous l’encadrement du CLP et du Fonds d'Action et de Soutien pour l'Intégration et la Lutte contre les Discriminations (FASILD, issu du FAS et futur Acsé puis Commissariat Général à l'Egalité des Territoires), qui formalise la démarche des ASL. 

L’Acsé définira les ASL comme « une action spécifique de soutien des processus d’intégration qui se situe dans le champ de la promotion sociale et de la citoyenneté ». Ils visent un objectif général de connaissance des lois, codes sociaux et services publics en lien avec l’exercice des responsabilités sociales, et un objectif opérationnel de connaissance du fonctionnement et de l’utilisation autonome d’un ou plusieurs espaces sociaux ou culturels.

A la fermeture du CLP, le RADyA prend le relai et fait figure aujourd’hui de référence pour l’ingénierie des ASL. De nombreuses structures de proximité revendiquent une démarche ASL sans pour autant adhérer au Radya, néanmoins, celui-ci a été associé au développement de plusieurs coordinations linguistiques en Ile-de-France et a formé plus de 800 intervenants depuis sa création. 


L’approche pédagogique


La “Charte des ASL” conçue par le RADyA formalise les objectifs des ASL - s’intégrer dans la société et être autonome dans sa vie quotidienne, au service desquels se définit la maîtrise du français. La méthodologie, résolument actionnelle, est axée sur une progression calendaire, par paliers : 

  • découverte, 

  • exploration,

  • appropriation.

La méthodologie est également basée sur l’utilisation de documents authentiques (soit des supports issus de la vie courante) et la mobilité dans les différents espaces sociaux de la vie publique, citoyenne, culturelle et personnelle. Elle implique les partenaires sociaux dans la dynamique, aux côtés des apprenants et de la structure de proximité porteuse. 

Lors de séances visant l’insertion professionnelle par exemple, un conseiller Pôle Emploi pourra faire une intervention et une visite d’agence pourra être organisée. 


Le RADyA a également mis en place en 2013 une carte de compétences pour les ASL proposant huit axes de développement :

  1. agir dans les espaces sociaux,

  2. agir en fonction des codes sociaux,

  3. organiser les temps de vie personnelle pour se rendre disponible,

  4. communiquer à l’écrit dans le cadre de sa vie sociale,

  5. communiquer à l’oral dans le cadre de sa vie sociale,

  6. s’informer pour construire un point de vue à travers les médias,

  7. se déplacer pour agir dans les espaces sociaux,

  8. naviguer sur internet et utiliser les automates.


Pour approfondir la méthodologie du RADyA, vous pouvez consulter le site www.aslweb.fr.

Les ASL financés dans le cadre de la politique migratoire de l’Etat

L’Etat français participe au financement des ateliers linguistiques portés par les structures de proximité, via notamment les fonds du  budget opérationnel du programme (BOP) 104 « Intégration et accès à la nationalité française » (sous-action “accompagnement des étrangers primo-arrivants”).


L’intervention institutionnelle dans le domaine de l’enseignement du français aux migrants a conduit le Ministère de l’Intérieur à établir un cadre de référence thématique et méthodologique de plus en plus précis. Les financements de l’Etat versés aux structures de proximité pour l’apprentissage du français viennent en application de la politique migratoire.

L’Etat a ainsi appuyé le développement des ASL, qui visaient prioritairement des femmes, ayant été peu scolarisées, parfois installées en France depuis longtemps et souvent bloquées dans leur apprentissage par l’éducation des enfants. Ces ateliers ont pour objectif de leur donner des clés linguistiques et socioculturelles pour les rendre autonomes dans la vie quotidienne. En effet, les apprenants acquièrent des compétences en communication orale notamment, et fréquentent les espaces sociaux en allant sur le terrain ou en rencontrant des intervenants extérieurs.

Par extension, le terme “ASL” est souvent utilisé pour désigner tout type d’ateliers de français pour adultes migrants, qu’il s’inscrive ou non dans la méthodologie du RADyA.


La politique d’accueil et d’intégration des étrangers évoluant, l’accent est mis aujourd’hui sur l’enseignement aux personnes primo-arrivantes. Dans le cadre, par exemple, des formations de l’OFII dispensée aux signataires du Contrat d’Intégration Républicaine (CIR), il s’agit d’enseigner le français de la vie publique, le français de la vie pratique et le français de la vie professionnelle, afin que les primo-arrivants acquièrent à la fois l’autonomie nécessaire à la vie en France et une maîtrise de la langue utile pour la délivrance des titres de séjour. 

Les financements dits “BOP 104” pour les actions linguistiques de proximité ne sont pas aussi prescriptifs mais suivent ces grandes lignes. L’apprentissage du français vise à intégrer les étrangers nouvellement arrivés dans le respect des valeurs de la République et à les rendre autonomes dans la société française. Aussi, les thématiques et objectifs rejoignent ceux des ASL et, jusqu’en 2015, les actions financées portaient le nom d’ateliers sociolinguistiques ; on parle plutôt d’« actions de formation linguistique » désormais. 

Comment trouver un ASL ?

Etant donné cette complexité pour définir les ASL, entre objectifs, approche pédagogique et publics, nous avons pris le parti à Réseau Alpha de définir les ateliers de français en fonction de l’objectif qui est poursuivi par la personne en apprentissage du français. 

En effectuant une recherche de formation, on trouvera donc les ASL, parmi d’autres formations de français, dans la catégorie “Formation de français à visée d’autonomie sociale et communicative”. Il est ensuite possible de filtrer les résultats de recherche selon des objectifs tels que “suivre la scolarité des enfants” par exemple, pour trouver des ASL spécifiques.

Aslweb, le site du RADyA propose quant à lui une cartographie spécifiquement dédiée aux ASL.

Plan & En savoir plus