ACTUS DU RÉSEAU
BILLET

Rencontre avec la Coordination linguistique d'Ivry-sur-Seine

Pendant le mois de mars 2021, Réseau Alpha est allé à la rencontre de la coordination linguistique d’Ivry-sur-Seine, une structure membre de son réseau. Nous avons notamment échangé avec Mathilde Castelli, coordinatrice linguistique de la ville, à l’occasion d’une session d’accueil et d’évaluation pour l’orientation du public.

La Coordination Linguistique Territoriale (CLT) d’Ivry-sur-Seine existe depuis 2014 et s’attache à la mise en cohérence de l’offre linguistique du territoire, à l’information et à la professionnalisation des acteurs de la formation linguistique, et au partage de ressources et de bonnes pratiques entre eux.

Au cours de notre discussion, nous avons évoqué les différentes activités de la coordination et la façon dont celle-ci agit en complément de l’offre linguistique déployée par les associations locales. Plus précisément, nous avons discuté des activités d’orientation et de développement d’outils à destination des associations linguistiques ivryennes.


Pouvez-vous présenter la coordination et votre rôle en tant que coordinatrice ?

La Coordination Linguistique Territoriale (CLT) de la Ville d’Ivry-sur-Seine a été pérennisée en 2017 suite à une période de trois ans d’expérimentation. Cette initiative se situe dans la continuité des politiques municipales qui soutiennent également les associations du territoire intervenant dans la formation linguistique pour adultes par le biais de subventions, de prêts de salles municipales et d’accompagnement pour le développement de partenariats. La création de la CLT est née d’une ambition de renforcer cette politique municipale en développant de nouvelles formes innovantes d’accompagnement des associations de formation linguistique et des personnes en besoin de formation.

En 2020, une quinzaine d'associations et d’organismes de formation du territoire s'inscrivent dans la coordination. En plus de ces associations, notre territoire accueille des ateliers du dispositif OEPRE (Ouvrir l’école aux parents pour la réussite des élèves) de l’Éducation nationale. Sur le territoire d’Ivry, nous comptabilisons en 2020 environ 700 apprenant-e-s en ateliers de français et plus de 60 bénévoles investi-e-s dans ce domaine.

Depuis 2014, le poste que j’occupe est celui de coordinatrice linguistique territoriale. À ce titre je suis rattachée au secteur “Lutte contre toutes les discriminations”, intégré à la Direction de la Démocratie et de l’Action Citoyenne (DDAC) de la Mairie. Chaque année, j’encadre un ou une apprenti-e en Master 2 de Didactiques des langues, du français langue étrangère et seconde, avec lequel ou laquelle nous mettons en œuvre les actions de la coordination sur le territoire ivryen.

Quels sont les différents volets d’action de la Coordination d’Ivry ? 

La première mission de la coordination est de travailler pour améliorer l’orientation d’adultes souhaitant progresser en français à l’oral ou à l’écrit vers des offres linguistiques qui correspondent à leurs profils, et vers des structures d’accès aux droits communs si nécessaire.
Pour remplir cet objectif, nous mettons en place plusieurs types de réponses et de dispositifs.

D’abord, nous développons des outils d’orientation qui recensent les offres existantes pour faciliter la mise en réseau entre le milieu associatif et le monde de l’insertion au niveau local. C’est dans ce cadre que nous avons développé par exemple le Guide « Apprendre le français à Ivry-sur-Seine et écrivains publics », ou le plan illustré de la Ville. Régulièrement, nous organisons des réunions entre responsables associatifs ainsi que des rencontres avec des professionnel-le-s de l’insertion afin de favoriser la mise en réseau entre les acteurs du territoire travaillant dans des secteurs différents mais complémentaires.

Par ailleurs, la forte demande d’adultes souhaitant améliorer leur maîtrise du français et les sollicitations des acteurs locaux associatifs et de l’intégration ont fait remonter le besoin d’accueillir physiquement les publics afin de les orienter plus efficacement. Donc depuis 2017, des permanences sociolinguistiques, comme celle d’aujourd’hui, sont animées par la coordination linguistique et les associations locales. En temps normal, elles ont lieu tous les mercredis dans les maisons de quartier de la ville d’Ivry et nous accueillons environ 40 personnes par mois. Depuis mars 2020, nous organisons les permanences en fonction des offres disponibles et des demandes. Outre l’orientation vers des dispositifs de formations linguistiques, les publics sont également accompagnés sur les problématiques d’accès aux droits (inscription Pôle Emploi, Droit des résident-e-s étranger-e-s...). Depuis la création de ces permanences, la demande est en croissance continue et les Ivryen-ne-s représentent 75% des candidat-e-s accueilli-e-s.

En 2020, nous avons expérimenté l’organisation d’une rentrée inter-associative en partenariat avec plusieurs associations locales. Le but était d’accueillir et d’orienter les publics vers des cours de français. Avec les associations Andragogia et Première Urgence Internationale, nous avons centralisé les demandes pendant l’été et la rentrée s’est tenue sur trois semaines entre la fin du mois d’août et mi-septembre. Nous avons reçu les personnes individuellement sur des créneaux préalablement fixés et les évaluateur-rice-s des associations locales et de la CLT ont réalisé 176 entretiens au cours de 9 demi-journées. Pour ce faire, nous les avions formé-e-s au préalable à l’utilisation de notre livret de positionnement.


Rentrée inter-associative, septembre 2020. Crédit image : Coordination linguistique d'Ivry-sur-Seine

En plus de nos actions en faveur de l’orientation des personnes, nous développons des actions visant à former les intervenants et intervenantes des associations locales. Un manque de formation peut être dommageable à la fois pour les apprenant-e-s et pour les bénévoles, il nous paraît indispensable de les accompagner en fournissant des outils, des ressources et des formations dans ce domaine, afin qu’ils puissent proposer un enseignement de qualité. Nous cherchons donc à permettre aux formateur-rice-s bénévoles de se former régulièrement à des techniques d’animation d’ateliers ou à des outils pédagogiques adaptés à leurs publics. Nous souhaitons aussi permettre à leurs responsables de se professionnaliser.

À titre d’exemple en 2020, nous avons organisé trois formations destinées aux formateur-rice-s des associations engagées auprès de la CLT : “Activités ludiques et prises de paroles”, “Utilisation de documents authentiques dans l’enseignement-apprentissage du français aux adultes” et, “Créativité, déclencheurs d’écriture et ateliers d’écritures”. Pour chacune de ces formations nous veillons à rédiger et diffuser un compte-rendu mis à disposition de tou-te-s sur la page “enseigner le français” de la coordination linguistique. Elles visent à être complémentaires, tant au niveau des contenus que du rythme et du calendrier, de celles proposées par d'autres partenaires : cycle de formation du Conseil Départemental du Val-de-Marne (dernier trimestre de chaque année), CDRIML, Radya, Tous Bénévoles, ADRIC, Réseau Alpha, etc. Certaines formations sont proposées les samedis matins pour les bénévoles n'étant pas disponibles en journée durant la semaine.

Par ailleurs, nous réunissons régulièrement les personnes engagées dans les associations locales de formation linguistique dans le but de répondre aux demandes d’information sur les problématiques d’insertion et d’accès aux droits (pour les prestations sociales, l’accompagnement juridique, le logement et la santé) pour les aider à savoir comment renseigner correctement les apprenants et les apprenantes qui seraient en difficulté.

Enfin, il est important de préciser que la CTL occupe un rôle en tant que pilote de projets qui répondent à des besoins non-couverts sur notre territoire. En fonction des besoins que l’on repère, nous déployons certains dispositifs d’une manière temporaire et en partenariat avec d’autres acteurs du territoire.

Justement, comment décririez-vous le rôle d’observatoire que détient la CTL sur le territoire ivryen? 

Nous sommes proches des associations de la ville et nous veillons à faire constamment circuler les informations entre les différentes structures. Nous réalisons un état des lieux de l’offre linguistique du territoire ivryen régulièrement, et notamment pour la conception de notre guide Apprendre le français et écrivains publics à Ivry-sur-Seine. Ce guide recense l’ensemble des structures associatives et dispositifs en lien avec l'apprentissage du français sur le territoire ivryen et les dates et lieux d’inscription à ces dispositifs. Il contient aussi les dates et lieux des permanences sociolinguistiques et des permanences des écrivains publics à Ivry. Une nouvelle version est en cours d’actualisation.

Lors des sessions d’accueil et d’évaluation pour l’orientation des publics, nous accueillons les personnes pour un entretien en vue de les orienter vers des formations linguistiques et des structures d'accompagnement social si nécessaire. C’est notamment ces rendez-vous qui nous permettent de constater les besoins non-couverts sur le territoire et les actions qui seraient intéressantes à développer. En plus de ce rôle d’observatoire, nous détenons un rôle de pilote de projets répondant à des besoins non-couverts sur le territoire.

C’est par exemple pour cette raison que nous avons mis en place pour trois mois une action de garderie éphémère, qui a été expérimentée de septembre à décembre 2020 et pérennisée pour l'année 2021. Cette action a nécessité de faire adapter nos locaux, la garderie est ouverte deux demi-journées par semaine dans l'une des maisons municipales de quartier, qui dispose d’une salle parents-enfants. Les créneaux sur lesquels la garderie est ouverte correspondent à des créneaux d’ateliers sociolinguistiques. La garderie est ouverte aux participant-e-s des ateliers ainsi qu’aux femmes en situation de violences intrafamiliales.
Nous avons également mis en œuvre un ASL pré-emploi dans l'une des maisons de quartier d'Ivry-sur-Seine. Celui-ci consiste en une formation de français dispensée par une association ivryenne partenaire, une formation numérique animée par les Espaces publics internet (EPI) de la Ville, une garderie éphémère et d’un partenariat avec la médiathèque.

Aujourd’hui, un ASL "Ma grossesse en Île-de-France" s’apprête à être expérimenté de mai à juin 2021. Ce dispositif s’adresse aux femmes enceintes allophones vivant dans la rue ou en centre d’hébergement d’urgence. Nous mettons en œuvre cette action en partenariat avec le RADyA et l’association Solipam (Solidarité Paris Maman IDF). Ces ateliers sociolinguistiques sont axés autour de la thématique de la santé des femmes enceintes et sur la situation sociale de celles-ci (accès aux droits, démarches administratives…). En lien avec cet ASL, nous prévoyons de déployer une seconde garderie éphémère en septembre 2021 dans une autre maison de quartier (Petit-Ivry) de la ville.


  
Rentrée inter-associative 2020. Des candidat-e-s sont reçu-e-s par les évaluatrices.
Crédit image : Coordination linguistique d'Ivry-sur-Seine


De quelle manière est organisée une demi-journée de permanence linguistique comme celle d’aujourd’hui ?

Pendant cette période particulière de crise sanitaire, les permanences linguistiques sont organisées ponctuellement. Cette semaine, nous avons organisé deux demi-journées de permanence, lundi et mercredi. Les personnes qui souhaitent rejoindre une formation linguistique étaient invitées à se manifester auprès de la CLT par courriel ou SMS. La coordination met les personnes demandeuses sur liste d’attente puis les recontacte pour fixer un rendez-vous.
Pour mettre en œuvre ces demi-journées, la CLT organise également le planning des évaluateurs et évaluatrices, réserve les salles et s'occupe du matériel (livrets de positionnement, stylos, gel hydroalcoolique, etc.).

Au cours de ce rendez-vous, le ou la candidat-e est reçu-e par des personnes engagées au sein d’associations linguistiques ivryennes qui peuvent être salarié-e-s, bénévoles, apprenti-e-s ou volontaires en service civique. Certains bénévoles sont également des apprenant-e-s au sein des groupes de niveaux les plus avancés. Après avoir été formé-e-s à l’utilisation du livret de positionnement, ces apprenant-e-s deviennent évaluateur-rice-s. Cela permet de les impliquer dans le fonctionnement de l’association, de valoriser leurs connaissances en français et en langue étrangère, ce qui permet de récolter des informations même si le ou la candidat-e ne parle pas du tout le français.
Aujourd’hui par exemple, il y a notamment des personnes de l’association Andragogia et les langues maîtrisées par l’ensemble des évaluatrices sont l’arabe, l’espagnol, le kabyle, l’anglais, le tamoul et le portugais.

L’objectif de ces entretiens est d’évaluer les compétences linguistiques évidemment mais nous essayons aussi d’avoir un maximum de renseignements afin de faire émerger les savoirs et les compétences déjà acquises par la personne.
Au cours de ces permanences linguistiques, les évaluateur-rice-s ont en leur possession des exemplaires d’outils créés par la CLT. Par exemple le Plan illustré de la ville, qui est mobilisé lorsque l’évaluateur-rice évoque certaines structures d’accompagnement social ou d’insertion professionnelle avec les candidat-e-s.

Évidemment, chacun-e détient un exemplaire du Livret d’accueil, d’évaluation et de positionnement pour l’orientation. Les évaluateurs et évaluatrices réalisent l’entretien en s’appuyant sur ces outils et effectuent ensuite un bilan de l’entretien. Par la suite nous revenons vers le ou la candidat-e, pour lui faire une proposition d’orientation. Pendant le reste du parcours de la personne, nous utilisons une fiche de suivi de l’orientation linguistique, elle nous permet en interne de suivre le traitement des dossiers et de valider l’intégration d’un-e candidat-e à un atelier. À ce moment-là, en « fin de parcours », nous pouvons recenser les démarches entreprises lors de la recherche de formation et cela nous permet aussi de continuer à nous approprier l’offre du territoire.

De quelle façon a été conçu ce Livret d’accueil, d’évaluation et de positionnement pour l’orientation qui est utilisé par les évaluateur-rice-s lors de ces journées d'orientation ?

Dans le cadre de l’animation des permanences, la CLT a identifié dès le départ le besoin de créer un outil permettant d’homogénéiser le positionnement des candidat-e-s, une grille commune d’entretien en quelque sorte. Nous avons donc élaboré ce document en deux parties distinctes, l’une permettant de récolter des informations administratives, et l’autre de réaliser une évaluation linguistique sur des critères communs.

Au fil du temps, cet outil a évolué suite aux échanges et expérimentations des associations participant à la rentrée interassociative et aux autres demi-journées d'évaluation. Il y a eu : Alizep, Andragogia, Première Urgence Internationale, Germae, Secours Populaire, École des Adultes, Tadamun, Restos du Cœur et les ateliers OEPRE. Ces associations s’en sont emparées pour l’accueil de leurs publics et grâce aux retours d’expériences des évaluateur-rice-s, des candidat-e-s, des organismes de formation et des professionnel-le-s de structures d’insertion, nous améliorons et ré-actualisons régulièrement le Livret. Depuis la rentrée 2020, nous y avons ajouté un guide d’utilisation pour mieux accompagner l’évaluateur-rice dans sa prise en main.
Notre objectif est aujourd’hui de poursuivre le travail engagé en 2016 en poursuivant le co-développement de cet outil, nous cherchons aussi à le diffuser et à former les évaluateur-rice-s à son utilisation concrète.

Pour ce qui concerne le Livret en soi, il vise en premier lieu à évaluer le niveau linguistique des candidat-e-s. On cherche à situer le niveau de langue française dans les quatre compétences langagières orales et écrites en s’appuyant sur le référentiel des niveaux du CECRL (Cadre européen commun de références pour les langues). À cela s’ajoute la volonté d’identifier les besoins réels des candidat-e-s afin de les accompagner dans leur inclusion sociale. Pendant l’entretien nous récoltons aussi des informations portant sur le degré d’autonomie de la personne au quotidien et dans sa vie professionnelle (comment la personne peut se déplacer, de quelle manière elle se repère dans l’espace et dans le temps, ses compétences en termes d’utilisation des outils informatiques ou si un mode de garde d’enfants doit nécessairement être prévu par exemple). Ensuite, nous cherchons à cerner la « culture éducative » de la personne : si elle a été scolarisée et comment, si elle maîtrise d’autres langues écrites ou parlées que le français. Nous récoltons aussi des informations plus classiques d’état civil et concernant la situation administrative, le potentiel accompagnement social et le parcours professionnel.

En recueillant l’ensemble de ces informations, la méthode utilisée est celle du positionnement actionnel pour laquelle l’évaluation linguistique est liée aux différents aspects de la vie quotidienne. Ces informations nous permettent d’identifier les besoins et les visées d’apprentissage de chaque candidat-e qui peuvent par exemple être liées à son insertion sociale (santé, logement, mobilité, lien social, démarches...), le développement de connaissances socio-éducatives (parentalité, suivi de la scolarité des enfants, reprise d’études...), l’insertion professionnelle (accès à l’emploi, formation professionnelle) ou encore, l’obtention de diplômes ou de certifications linguistiques. Tout cela nous permet de mieux orienter vers des associations, des structures d’accompagnement, et selon le profil, de faire valoir les droits d’accès à des formations destinées à un statut spécifique.



Projet “Voyageons à travers les langues au bord de la Seine” (juillet 2020). Table pour apprendre l’espagnol et le portugais avec des apprenant.es hispanophones de l’association Andragogia.
Crédit image : Coordination linguistique d'Ivry-sur-Seine

De quelles manières ce type d’outils peut permettre de favoriser la mise en réseau ?

Les demi-journées d'accueil et d'évaluation contribuent à la mise en réseau des associations entre elles car celles-ci, pilotées par la CLT, sont co-animées par des personnes engagées auprès de différentes associations locales.
La logique de la conception du Livret n’est pas uniquement d'évaluer un niveau en français mais est également de mettre en réseau et de décloisonner le milieu de la formation linguistique vis-à-vis des acteurs de l’insertion, de la formation et de l’accès aux droits sur le territoire ivryen.

Notre objectif est aujourd’hui que le Livret devienne un outil pédagogique d’évaluation commun aux associations du territoire ivryen, nous souhaitons le diffuser au plus grand nombre. En atteignant cet objectif nous espérons éviter les doublons lors de l’accueil et de l’évaluation des candidat-e-s par différentes structures en plus de permettre un gain de temps et une amélioration de la qualité de l’accueil.
Afin d'orienter au mieux les candidat-e-s vers des ateliers et formations linguistiques, la CLT met à jour régulièrement ses informations sur les offres existantes. Puisque nous souhaitons les orienter au mieux aussi vers des dispositifs d’accompagnement social, nous devons être en veille constante sur l’offre disponible en fonction des profils et devons donc être en lien avec tous les acteur-rice-s sur le territoire.

Par ailleurs, les associations linguistiques sont régulièrement confrontées à des questionnements de leurs apprenant-e-s sur les problématiques d’accès aux droits et d’accompagnement global (aide juridique, mobilité, accès à la santé, etc.). La CLT fait face à cela en impulsant des mises en réseau entre ces associations, les professionnel-le-s de l’insertion (EDS, PLIE, Mission Locale etc.) et des services municipaux (CCAS, Maisons de Quartier, etc.).
À moyen terme nous ambitionnons de développer la mise en relation entre les responsables linguistiques et les professionnel-le-s des structures d’insertion du territoire. Nous souhaitons identifier au mieux ces derniers et les intégrer au processus de recherche de formation linguistique de la coordination.


- - -

► Retrouvez le Livret, l'ensemble des outils et les formations organisées par la Coordination sur la page "Enseigner la français" de la CTL.