NOTION CLÉ DE LA LINGUISTIQUE

Qu’est-ce que le CIR ?
(anciennement CAI)
Date de publication : 20 avril 2017


CIR est l’acronyme de “Contrat d’Intégration Républicaine”, un contrat qui lie l’Etat français et tout nouvel arrivant sur le sol français, régulier et extra-européen, en vertu duquel ce dernier s’engage notamment à suivre un dispositif de formation mis en place par l’Etat (en fonction de son niveau de maîtrise de la langue française). Il est signé lors de l’accueil par l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) pour une durée d’un an.

Qui signe le CIR ?

Le CIR s’adresse à toute personne adulte :

  • étrangère (sauf citoyen d'un pays de l'Espace économique européen ou Suisse),

  • et admise pour la première fois au séjour en France (ou entrée régulièrement entre 16 et 18 ans pour s’installer durablement en France).

En sont dispensées les personnes qui :

  • ont effectué leur scolarité dans un établissement d'enseignement secondaire français pendant au moins 3 années scolaires,

  • ont suivi des études supérieures en France pendant au moins 1 année universitaire,

  • bénéficient de certains titres tels que : 

    • carte de séjour temporaire (CST) visiteur ou étudiant, 

    • CST stagiaire, CST pour exercer une profession commerciale, industrielle ou artisanale, 

    • CST vie privée et familiale et ayant résidé pendant au moins 8 ans de façon continue et suivi, après l'âge de 10 ans, une scolarité d'au moins 5 ans dans un établissement scolaire français,

    • CST vie privée et familiale pour raison de santé,

    • carte de séjour pluriannuelle passeport talent, passeport talent (famille), travailleur saisonnier,

    • carte de séjour pluriannuelle salarié détaché ICT, salarié détaché ICT (famille), salarié détaché mobile ICT, salarié détaché mobile ICT (famille).

Les personnes réfugiées, les bénéficiaires de la protection subsidiaire ou de la qualité d’apatride, ne sont pas dispensés de la signature du CIR, qui leur permet de bénéficier des prestations et de l’accompagnement associés. 

Toutefois, les conditions de respect du CIR ne sont pas vérifiées à son issue, contrairement aux autres étrangers primo-arrivants.

En quoi cela consiste-t-il ?

Ce contrat succède en 2016 au Contrat d’accueil et d’intégration (CAI), qui avait été généralisé sur le territoire français en 2007. Le dispositif est confié au ministère chargé de l’Immigration, puis au ministère de l’Intérieur en 2012 à travers la Direction de l’Accueil, de l'Accompagnement des Étrangers et de la Nationalité (DAAEN), chargée de concevoir la politique publique d’accueil, d’accompagnement et d’accès à la nationalité française. 

D’après ce contrat,  « l’étranger admis pour la première fois au séjour en France ou qui entre régulièrement en France entre l’âge de seize ans et l’âge de dix-huit ans révolus et qui souhaite s’y maintenir durablement s’engage dans un parcours personnalisé d’intégration républicaine visant à favoriser son autonomie et son insertion dans la société française » (CESEDA, Article L. 311-9) tandis que l’Etat s’engage à organiser l’accès aux droits et à fournir une formation visant à l’intégration. Celle-ci repose sur trois orientations : linguistique, civique et professionnelle.

Accueil et entretien à l’OFII

Après convocation, la personne est reçue en entretien par un auditeur de l'OFII pour :

  • l’informer et l’orienter vers les services de proximité adaptés selon sa situation,

  • passer un test de connaissance du français (écrit et oral) afin d’évaluer son niveau et lui prescrire si nécessaire la formation linguistique.

A l’issue de cet entretien, la personne devra suivre un parcours de formation : civique et éventuellement linguistique.


Le CIR est signé à la fin de l’entretien.

Il est conclu pour une durée d'un an, et peut être prolongé d'un an au maximum si les formations civique et linguistique prescrites sont encore en cours d'exécution à l'échéance du contrat, et que la personne est en séjour régulier.

Il peut également être résilié si la personne n’a pas suivi les formations prescrites.

La formation civique

Elle est obligatoire et comporte 2 modules d'une durée de 6 heures chacun :

  • Les institutions françaises et les valeurs de la République :

La liberté, l’égalité, la fraternité et le principe de laïcité sont considérés comme des valeurs républicaines, rattachées à des textes de référence. Elles sont déclinées en principes juridiques, en droits et devoirs, et illustrées par des situations de la vie quotidienne.

  • Vivre et accéder à l’emploi en France :

Sont présentées en première partie les démarches d’accès aux droits et aux services publics. La deuxième partie est consacrée à l’accès à l’emploi et à la création d’activité.

À la fin de cette formation, une attestation est remise au signataire, prouvant sa présence.

La formation linguistique

Le volet linguistique a pour mission de créer les conditions d’un “parcours cohérent, progressif et corrélé à la délivrance des titres” c’est à dire qu’il est proposé une formation linguistique en vue d’obtenir un nouveau titre de séjour. En effet, pour accéder au séjour ou à la nationalité française, il faut avoir atteint certains niveaux de langue. 

Le CAI, généralisé en 2007, requérait l’obtention du niveau A1.1. La loi du 7 mars 2016 relative au droit des étrangers relève ces exigences linguistiques. Désormais :

  • la progression vers le niveau A1 du CECR est une condition nécessaire à l’obtention d’un titre de séjour pluriannuel (2 à 4 ans), 

  • le niveau A2 doit être attesté pour obtenir la carte de résident de dix ans, 

  • et le niveau B1 oral attesté est toujours requis pour la naturalisation.


Cette tendance à faire de la maîtrise de la (des) langue(s) du pays d’accueil une condition à l’immigration s’observe plus généralement à l’échelle de l’Europe sur la dernière décennie où elle est un critère d’entrée sur le territoire, de résidence permanente ou d’acquisition de la nationalité.


Formation de base et obligatoire : A1

La formation linguistique doit être suivie, sauf si la personne a atteint un niveau supérieur ou égal au niveau A1 lors du test à l’OFII ou peut attester de ces niveaux par un diplôme. Dans ce cas, une attestation de dispense de formation linguistique lui sera remise. A défaut, et selon son niveau, le signataire du CIR se voit proposer un parcours de formation linguistique gratuit de 50h, 100h ou 200h (un parcours de 400h maximum était proposé pour permettre d’atteindre le niveau A1.1. avant juillet 2016). 

Cette formation peut être intensive ou extensive.


Cette formation linguistique proposée par l’OFII à la signature du CIR aborde trois thématiques principales, déclinées en plusieurs sujets :  

  • vie pratique : logement, famille, éducation, et culture, santé, déplacement, 

  • vie publique : symboles républicains, République française, démocratie, institutions, valeurs de la République, droits et devoirs induits par ces valeurs

  • et vie professionnelle : monde du travail, droits et devoirs des salariés, former un projet professionnel, codes et postures. 

Chaque thème est divisé en champs à explorer puis en notions à développer, auxquels correspondent différentes mises en situation.


A l’issue ou en parallèle de cette formation qui vise le niveau A1, si le primo-arrivant souhaite obtenir un niveau plus élevé, il peut suivre des cours dans une structure de proximité.

Pour trouver facilement une formation de proximité en Ile-de-France, vous pouvez utiliser l'outil de recherche proposé par Réseau Alpha.


Formation complémentaire et facultative : A2 et B1

Une personne primo-arrivante signataire du CAI ou du CIR  a également la possibilité de suivre ensuite d’autres formations, non obligatoires, mises en place par l’OFII :

  • Formation vers le niveau A2 : volume de 100h.

Objectif : acquérir la maîtrise de la langue française et attester du niveau A2, requis pour la délivrance de la carte de résident.

Pré-requis : parcours destiné aux primo arrivants qui ont déjà un niveau de base (A1) en langue française.


  • Formation vers le niveau B1 oral : volume de 50h.

Objectif : acquérir la maîtrise de la langue française et attester du niveau B1 oral, requis pour accéder à la nationalité française.

Pré-requis : parcours destiné aux candidats à la naturalisation qui ont déjà un niveau de base (A2) en langue française.


L’inscription à ces formations n’est pas gérée par l’OFII et se fait directement auprès des organismes de formation prestataires, à l’initiative de l’apprenant. 

Pour trouver un organisme prestataire en Ile-de-France pour ces formations A2 et B1, vous pouvez consulter l’outil de recherche de Défi Métiers.

Plan & En savoir plus